L'AFRIQUE C'EST CHIC WORLD

Commissaire d'exposition : Daffa KONATE & Carole KVASNEVSKI

MAHMOUD BÂBÂ LY - NU BARRETO - SOLY CISSÉ - DACO -  MABÉYE DÈME - ALIOUNE DIAGNE - FALLOU DIOP - DIEUDONNÉ FOKOU - BEYA GILLE GACHA - MANEL NDOYE - JEAN DAVID NKOT - YAO METSOKO - MARC PADEU - TAREK - KHERABA TRAORÉ  

L'invitation de Maguette Mbow à l'évènement l'Afrique c'est Chic World Fest sonnne comme un manifeste, un édifice à construire, matière composite de résistance et de conviction.
Au commencement était l'Afrique, "berceau de l'humanité". Elle est entrée dans l'Histoire en ouvrant la plus grande page, celle de l'Homme... le "Out of Artfrica" ! Il est bon de le rappeler une nouvelle fois en préambule, que cette terre noire se retrouve à Dakar, Paris, Londres, New York... Mais c'est bien dans ses racines, sur ce continent, que les luttes et résistances d'aujourd'hui et de demain doivent se lever ou plutôt s'élever. 
On ne peut plus se permettre d'ignorer les dynamismes, les différentes forces  (politiques, économiques, sociales, intellectuelles, artistiques…) qui émergent dans les mondes africains et afro-diasporiques. Ce désir fort de réinventer en permanence l’Afrique, régénérer ses valeurs, recomposer ses liens dans une dynamique positive se traduit également au niveau artistique. 
La scène est vivante, foisonnante, débordante d’énergie avec tout aussi bien des artistes confirmés que des  artistes émergents en Afrique et hors des  frontières des continents, qui ont comme point commun une volonté d’aller de l’avant. Le philosophe et historien Achille Mbembe dans Critique de la raison nègre dit "Il ne saurait donc y avoir de discours sur les formes contemporaines de l'identité africaine qui ne tienne compte du génie hérétique au fondement de la rencontre entre l'Afrique et le monde. De ce génie hérétique découle la capacité des Africains d'habiter plusieurs mondes et de se situer des deux côtés de l'image simultanément".
Ainsi les artistes présentées dans cette exposition sont force de vie,  engagés dans l'acte de création. ils nous interrogent sur les grands enjeux, nous partagent leur peur, leurs craintes mais aussi leurs espoirs. Les questionnements sont à hauteur des défis: la ruralité est elle condamnée à s'opposer à l'urbanité, et par conséquent les traditions séculaires sont elles amenés à disparaitre comme les nombreuses espèces en voie d'extinction ; reconnaitre l'indicible passé colonial pour redonner une liberté à  l'identité Africaine et enfin cette peur du migrant aussi bien sur le continent Africain, européen ou Américain ne condamne t elle pas toute l'humanité dans sa chute si la victime devient coupable alors même que les maux : guerres, conflits et changements environnementaux  s'intensifient.
De toutes ces questions demeure une certitude, en l'absence de reconnaissance de la production culturelle et artistique, tout développement politique et économique sincères des pays d'Afrique est voué à l'échec. 

 

 

Maguette Mbow's invitation to the Africa event is Chic World Fest sounds like a manifesto, a building to build, a composite material of resistance and conviction.
In the beginning was Africa, "cradle of humanity". She entered history by opening the biggest page, that of the Man ... the "Out of Artfrica"! It is good to recall once again in the preamble, that this black earth is found in Dakar, Paris, London, New York ... But it is in its roots, on this continent, that the struggles and resistances of today and tomorrow must rise or rather rise.
We can no longer afford to ignore the dynamisms, the different forces (political, economic, social, intellectual, artistic ...) that emerge in the African and Afro-diasporic worlds. This strong desire to constantly reinvent Africa, to regenerate its values, to recompose its links in a positive dynamic is also reflected at the artistic level.
The scene is alive, abundant, full of energy with both confirmed artists and emerging artists in Africa and beyond the borders of continents, which have in common a desire to move forward. The philosopher and historian Achille Mbembe in Critique of Negro reason says "There can therefore be no discourse on contemporary forms of African identity that does not take into account the heretical genius at the foundation of the meeting between Africa and the world. From this heretical genius flows the ability of Africans to inhabit several worlds and to be situated on both sides of the image simultaneously ".
Thus the artists presented in this exhibition are life force, engaged in the act of creation. they ask us about the big issues, we share their fear, their fears but also their hopes. The questions are up to the challenges: the rurality is condemned to oppose the urbanity, and consequently the secular traditions are they brought to disappear like the numerous species in way of extinction; recognize the unspeakable colonial past to restore freedom to African identity and finally this fear of the migrant as well on the African, European or American continent does not condemn all humanity in its fall if the victim becomes guilty even that evils: wars, conflicts and environmental changes intensify.
Of all these questions remains a certainty, in the absence of recognition of cultural and artistic production, any sincere political and economic development of the African countries is doomed to failure.

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Galerie Carole Kvasnevski