BEYA GILLE GACHA

2 poids.

Il y a l’évolution scientifique, l’évolution intellectuelle, et l’illusion que l’on se fait de ces évolutions. L’installation de sculptures « Deux poids » symbolise cette illusion dans le domaine des avancées techniques et morales, qui à travers le temps semblent tendre vers un meilleur. 

Malheureusement, ce meilleur dénote davantage d’une meilleure capacité à farder les problèmes d’un écran de fumée [...]

 

2 weights.
There is scientific evolution, intellectual evolution, and the illusion we have of these evolutions. The installation of sculptures "Two weights" symbolizes this illusion in the field of technical and moral advances, which over time seem to tend towards a better one.
Unfortunately, this better denotes more of a better ability to make up for the problems of a smoke screen [...]
Beya Gille Gacha aime à présenter sa démarche comme celle d’un art métis, inspiré depuis l’enfance par une famille nombreuse, multiculturelle et nomade. Elle réalise principalement du volume ; utilisant le moulage et chinant/recyclant des objets, elle crée des sculptures et des installations abordant des thèmes sociaux et sociétaux. Elle questionne généralement l’identité, mais également le fait d'être une femme dans le monde qui l’entoure.
Elle s'inspire de l’histoire de l’art, des cultures du monde et de l'actualité internationale, et développe ainsi une iconographie qu’elle qualifie de métisse. C'est une hypersensible qui ne conçoit la création comme sincèrement utile que lorsqu’elle est engagée.
Actuellement, elle aborde d’une manière contemporaine et personnelle le perlage, technique ancestrale de différentes cultures d’Afrique (dont on retrouve les plus beaux savoir-faire du continent dans le livre "Perles : couleurs d'Afrique"). Elle a été inspirée plus particulièrement par les productions artisanales Bamiléké, ethnie de l'ouest Cameroun à laquelle elle appartient.
En utilisant les perles, symboles de richesse, comme épiderme de ses sculptures, elle souhaite défendre le fait que chaque être humain a une valeur.

 

 

Beya Gille Gacha likes to present her approach as that of a Métis art, inspired since childhood by a large, multicultural and nomadic family. It mainly produces volume; Using the molding and hacking / recycling objects, she creates sculptures and installations addressing social and societal themes. She usually questions identity, but also being a woman in the world around her.
She draws on the history of art, world cultures and international events, and develops an iconography that she calls Métis. She is a hypersensitive who conceives creation as sincerely useful only when she is engaged.
Currently, she approaches in a contemporary and personal way the beading, ancestral technique of different cultures of Africa (which one finds the most beautiful know-how of the continent in the book "Pearls: colors of Africa"). It was inspired more particularly by the Bamileke handicrafts, an ethnic group of western Cameroon to which it belongs.
Using pearls, symbols of wealth, as the skin of her sculptures, she wants to defend the fact that every human being has a value.

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Galerie Carole Kvasnevski